Franchise : avantages et fonctionnement

Types de franchises

La franchise est un contrat commercial et juridique dans lequel un franchiseur (société) octroie à un franchisé (partenaire) le droit d’exploiter un concept commercial et un savoir-faire. Découvrez donc les différentes caractéristiques ainsi que les avantages et les inconvénients de ce modèle qui a rapporté plus de 67 milliards de chiffre d’affaires en France durant l’année 2019…

Les différents types de franchises

Le service

Dans ce genre de contrat, le franchisé fournit des prestations de services en respectant les instructions fournies par le franchiseur. Ce système connaît un grand succès et se développe de plus en plus. Un exemple remarquable est celui de McDonald’s présent aujourd’hui aux quatre coins du monde avec son immense réseau de franchisés. Pour en savoir plus, rendez-vous sur https://www.lindicateurdelafranchise.fr/

La distribution

Dans ce contrat, le franchisé joue le rôle de revendeur. Il est en charge de se procurer puis de revendre des produits fabriqués par le franchiseur (ou sélectionnés par ce dernier auprès d’un partenaire). Une clause d’approvisionnement exclusif ou quasi-exclusif est alors imposée au franchisé pour ne s’approvisionner qu’auprès des fournisseurs indiqués dans cette clause. Un exemple connu est les magasins du groupe Carrefour.

La production

Dans ce contrat, l’entreprise va produire elle-même, les produits demandés par la maison-mère puis les revendre sous le nom de cette dernière. L’exemple le plus célèbre est Coca-Cola qui délègue la production de sa boissons à diverses unités franchisées de production à travers le monde.

Le principe de fonctionnement entre franchisé et franchiseur

Devenir franchisé implique de créer une entreprise, sachant qu’on n’est pas seul et qu’on peut se faire aider grâce à une stratégie bien définie.
Pour cela, il faut d’abord établir un bilan personnel (compétences et motivations) puis trouver le secteur qui plaît et qui convient (activité, produits ou services).
Il faut ensuite mener une enquête sur l’entreprise choisie (échanger avec d’autres franchisés) puis préparer la partie financière (établir un business plan complet et réaliste car devenir franchisé nécessite un investissement de départ important), en se faisant aider au besoin par des conseillers en gestion, avocats ou experts-comptables (pour les notions comptables, financières et juridiques).
Franchiseur et franchisé vont ensuite former un cercle vertueux. Le franchisé va exploiter la marque et les produits du franchiseur, tout en bénéficiant de son expérience. Le franchiseur va aussi l’autoriser à créer un magasin ou une enseigne.
Le franchiseur va donc transmettre sa notoriété et son savoir-faire, et va fournir au franchisé une assistance permanente sur plusieurs points (formation, assistance au niveau technique et administratif, soutien lors de l’installation dans les nouveaux locaux, transmission des acquis, etc.).
Tous ces supports et aides vont permettre au franchisé de faire accroître son activité très rapidement, bien plus vite que s’il avait créé son propre concept. Et il va bénéficier immédiatement de l’expérience en gestion d’entreprise que le franchiseur a acquise au fil des ans.

Les avantages et les inconvénients du contrat franchisé

Pour le franchisé

Les avantages sont :

– de bénéficier tout de suite de la notoriété de la marque et de sa renommée généralement assez importante (au niveau régional, national ou international). Ainsi dès l’ouverture, les clients sont déjà présents. Cela permet d’engranger des bénéfices très rapidement et de développer en accéléré l’activité, pendant qu’une entreprise classique en serait encore à chercher des clients ;

– d’avoir moins de concurrence grâce à la clause d’exclusivité signée obligatoirement. Elle permet en effet que sur une certaine zone le franchisé ne soit pas en concurrence avec d’autres franchisés du même groupe. C’est un atout considérable notamment en ville où l’espacement entre deux magasins peut être plutôt réduit ;
– d’avoir un taux d’échec plutôt faible. Le concept ayant été testé et approuvé par le franchiseur, si le franchisé suit parfaitement ses instructions, il bénéficiera automatiquement du succès de la méthode et obtiendra rapidement des bénéfices ;

– d’avoir de l’aide en permanence du franchiseur ainsi qu’une formation concernant le marketing ou la communication, la gestion de trésorerie, les ressources humaines etc. Le gérant franchisé peut ainsi se focaliser sur le développement de son activité car il gagne énormément de temps par rapport au gérant d’une entreprise classique.
Les inconvénients sont :

– un investissement de départ beaucoup plus élevé que pour une entreprise classique (en autoentrepreneuriat) ;

– l’obligation de se plier aux exigences du franchiseur en terme d’approvisionnement ou de vente ;

– la visite de clients mystères (pour s’assurer du respect des process et de la bonne application des standards en vigueur) qui n’est pas toujours très appréciée ;

– la revente d’un magasin qui se révèle compliquée, nécessitant une procédure longue et laborieuse et la validation du franchiseur.

Pour le franchiseur

Les avantages sont :

– l’augmentation du nombre de ses magasins, souvent à des emplacements stratégiques. Il va ainsi accroître la visibilité de son entreprise sans investir trop d’argent, puisque c’est le franchisé qui est chargé de la création et de la gestion du nouveau magasin ;

– l’obtention de plus de revenus car le franchisé doit s’acquitter auprès de lui de différents paiements (droits d’entrée, redevances) en contrepartie de l’utilisation de la marque, de la transmission du savoir et de l’assistance prodiguée ;

– une relance ou l’accélération de l’écoulement de ses produits, vu que la clause d’exclusivité oblige le franchisé à s’approvisionner auprès de lui.
Les inconvénients sont :
– le respect des obligations d’aide et d’assistance au franchisé.


SCI : Comment ça fonctionne ?
Gestion commerciale internationale : opter pour un logiciel destiné à l’import export