Comment mieux faire valoir les compétences des jeunes diplômés ?

Un marché du travail

De nos jours, le marché du travail et de l’insertion traverse une période difficile. Et la récente crise du Covid-19 n’a rien fait pour améliorer les choses. Les jeunes ont de plus en plus de mal à s’insérer en dépit du nombre de diplômes qu’ils ont pu accumuler durant leurs études. Il semble que les entreprises et les institutions en position de recruter n’osent plus faire confiance aux jeunes. Cela a des conséquences concrètes sur la société, notamment le fort taux de chômage qui touche les 18-35 ans en France et en Europe. Heureusement, tout n’est pas si sombre et il existe des solutions grâce à des initiatives comme le Village de l’Emploi.

Un marché du travail de plus en plus hermétique

Il n’est pas évident de se livrer à une analyse complète de ce phénomène qui touche les jeunes mais qui, au final, impacte toutes les strates de la société. Un fait pourtant paraît incontestable : les jeunes diplômés ont de plus en plus de mal à accéder au marché du travail, en particulier en début de carrière. La raison ne peut pas être une dévaluation de la valeur intrinsèque des diplômes : il existe toujours autant d’écoles et d’universités en France, dont la plupart ont conservé leur prestige depuis plusieurs décennies. L’émergence de nouvelles sciences et de nouvelles techniques entraînent la création de nouveaux cursus et de nouvelles disciplines scolaires, comme par exemple l’informatique ou la communication, ce qui permet de renouveler les savoirs. On ne peut donc pas dire que l’on assiste à un une baisse drastique du niveau des études et des étudiants, qui pourrait justifier que le marché du travail leur garde porte close sous le nez. Mais alors, comment expliquer qu’un ingénieur qualifié, au sortir des études, peine à trouver du travail en France ? Grâce à des études menées par le Village de l’Emploi, nous allons pouvoir collecter certains éléments qui nous permettront d’y voir un peu plus clair.

Les diplômes dévalorisés au profit de l’expérience

Dans la plupart des cas, que disent les recruteurs aux jeunes ingénieurs ou informaticiens qui viennent leur apporter leur CV en vue d’une insertion professionnelle ? L’argument qui revient le plus souvent pour justifier le fait qu’on ne souhaite pas faire confiance à un jeune tout droit sorti des études, c’est son manque d’expérience. Sur le papier, cet argument est recevable : entre une personne qui, a priori, ne possède qu’un savoir théorique et une personne qui augmente ce savoir d’un savoir-faire pratique et technique, on serait toujours censé de choisir le second. Comment être certain qu’un jeune qui ne peut justifier d’aucune expérience professionnelle durable saura répondre aux attentes d’une entreprise, dont les besoins de résultats sont nettement plus urgents qu’à l’université ? Il est à la fois tentant et facile, dans ces cas-là, de se rabattre sur la personne qui peut justifier de quelques années d’expérience, et qui aura apporté satisfaction sur son précédent lieu de travail. Le problème, que l’on soit ingénieur ou informaticien, c’est qu’on ne peut pas faire changer ce problème seul. Quand on est dans la position du candidat en quête d’un emploi, il faut tout faire pour valoriser son profil et se démarquer des autres.

Comment peut-on faire pour accumuler de l’expérience ?

En faisant un tour sur le site Village de l’Emploi avis, vous trouverez de nombreux témoignages de personnes – pour la plupart des jeunes qui viennent juste d’obtenir leur diplôme de fin d’études – qui évoquent explicitement ce problème. Pour se différencier des autres candidatures lorsqu’on souhaite accéder à l’emploi, il faut se lancer dans un processus de valorisation de son CV. Certains détails, s’ils sont mieux mis en valeur, vous permettront peut-être de vous distinguer des autres aux yeux d’un recruteur. Dans une logique d’insertion professionnelle, quels sont les éléments à souligner dans votre candidature ? En un mot : tout ce qui fait que vous êtes unique. Un profil atypique attirera toujours davantage l’intérêt qu’un profil lisse et conventionnel. Les diplômes ne sont pas vos meilleurs atouts, et les stages que vous avez été obligé de faire durant votre parcours d’étudiants non plus. Essayez plutôt de valoriser vos compétences techniques, vos capacités linguistiques. Parfois, un petit boulot d’étudiant aura plus de poids qu’un stage en entreprise, s’il peut dire quelque chose de vos capacités à travailler dans tel ou tel milieu, sous telles ou telles conditions. Selon le Village de l’Emploi avis, la valorisation de votre CV peut passer par ces éléments divers.

Un besoin global de changer le comportement des recruteurs

En suivant ces quelques conseils, vous arriverez peut-être à attirer l’attention des recruteurs sur votre candidature. Mais tout le monde n’a pas la chance d’avoir effectué un job étudiant ludique et constructif, ou d’avoir pu étudier l’allemand à l’étranger. Face à cela, nous sommes tous inégaux. Il faut donc aussi essayer de changer le comportement des entreprises en position de recruter, et des personnes qui sont chargées du recrutement en France. Certains Village de l’emploi avis trahissent un véritable sentiment d’impuissance de la part de certains jeunes français, quel que soit le prestige de leurs diplômes, quelle que soit l’attractivité potentielle de leur CV. Il faut donc œuvrer dans les deux sens, et parvenir à changer la mentalité des employeurs français. S’ils continuent de négliger la jeunesse, notre société risque d’en pâtir pendant de longues années, puisqu’un décalage sans cesse grandissant continuera de se creuser entre la jeune génération et les travailleurs expérimentés. Il est essentiel d’agir pou, à terme, faire croître le nombre de jeunes actifs et les accompagner dans leur accès à l’emploi dès leur sortie de l’école.

Les solutions concrètes apportées par le VDE

Dans cette optique, le VDE propose de nombreuses solutions concrètes. Accessible à tous ceux qui ont obtenu un diplôme dans le domaine de l’informatique, cette école les accompagne dans le moment le plus délicat de leur vie professionnelle : la transition entre la fin des études et le premier emploi. L’objectif, c’est que cette période ne s’éternise pas, et surtout qu’elle soit constructive. Ainsi, au VDE, les jeunes sont encadrés par des professionnels qui ont fait leur preuve et qui travaillent pour des entreprises reconnues dans le milieu. Cela leur permet de profiter de conseils avisés, en lien avec la réalité du marché du travail. En plus de valoriser leur CV et d’approfondir leurs connaissances, les jeunes commenceront au VDE à se forger la chose la plus importante qui vaille dans le monde professionnel : un carnet d’adresses. Leurs nombreux contacts leur permettront de faire avancer leur carrière pendant toute leur vie active. En retour, les intervenants du VDE disposent d’une exclusivité afin d’embaucher les jeunes du Village. Ainsi, ils profitent de cette émulation pour repérer les profils les plus intéressants pour faire progresser leur entreprise et leur activité professionnelle. Au final, avec le VDE, tout le monde est gagnant ! 

Franchise : avantages et fonctionnement
SCI : Comment ça fonctionne ?